FAN

NATUROPATHIE

Recherche & Développement

Partout en Afrique!

LEGISLATION

Projet de loi sur le statut de la naturopathie africaine

FEDERATION

L'union fait la force et ensemble nous serons plus forts et plus influents.

PROJET   

Promouvoir la naturopathie pour la population africaine.

Discours du Président

 

C'est avec une profonde reconnaissance et joie qu'en tant que praticien et au nom de l'Assemblée générale et le Conseil suprême des praticiens de la Fédération Africaine des Naturopathes que j’accepte la nomination d’être le nouveau Président de cette grande institution et d’entamer avec vous cette merveilleuse aventure.

 

Dans ce monde en pleine mutation, les médicaments et autres produits pharmaceutiques issus des grands laboratoires des pays occidentaux ont montré leurs limites dans la gestion et la prise en charge des maladies psychiques, psychosomatiques, les maladies virales, dégénératives, essentielles etc.


Des sommités scientifiques des pays occidentaux sont dans les villages entrain de piller les ressources traditionnelles, pendant ce temps, nos gouvernements leur tendent les mains pour venir régler nos problèmes de santé. Il ne sera pas surprenant que demain les occidentaux viennent apprendre aux Africains, la médecine de leurs grands-parents.

 

Les semaines qui ont précédé la naissance de la Fédération Africaine des Naturopathes m'ont laissé un souvenir lumineux. Je me réjouis donc aujourd'hui de la voir née et bien née, sortie des tâtonnements de la petite enfance, solidement enracinée, autonome et bien menée par ceux qui l'ont pensée et réalisée. 


Nous devons tous, en cette occasion d'un anniversaire, avoir une pensée reconnaissante pour ceux qui composent l'appareil léger mais efficace, compétent et dévoué de l'administration ordinaire de la Fédération Africaine en Naturopathes.

 

Très consciente du danger mortel que représente l'économisme borné, injuste et cruel qui menace toujours, l'Afrique est une réponse vivante et un appui offert à ceux qui cherchent courageusement les voies d'une anthropologie moderne. Nous savons aussi que le monde Africain développe patiemment et avec insistance son influence au milieu de nous.


Ce n'est pas pour nous déplaire. Nous y prêtons attention, avec intérêt et sans cette Africanité, un peu sotte et vulgaire, dont trop de nos contemporains s'engouent. Nous observons. Notre seule règle sera : proposez-nous des enseignements authentiquements traditionnels et des techniques efficaces.


Nous les recevrons avec reconnaissance et en toute amitié. Je souhaite maintenant redire une fois de plus, combien je voudrais que la Fédération Africaine des Naturopathes, même quand elle diversifiée ses activités, demeure fidèle aux intuitions qui ont guidé jusqu'ici son développement et son affermissement.


Considérant que certaines limites rencontrées par la médecine "moderne (résistance aux antibiotiques, effets secondaires chimiques, échec face à certains virus, etc.) ont amené les décideurs mondiaux à reconsidérer la place des médecines traditionnelles.


Ainsi tous les grands organismes et les acteurs de la santé soulignent le rôle important que la Médecine Traditionnelle Africaine joue dans la préservation et la restauration de la santé en Afrique. L´apport de ce secteur dans le traitement des maladies chroniques est très remarquable.


En tant que Médecins, Thérapeutes, Tradipraticiens, Scientifiques, Chercheurs œuvrant pour le développement sanitaire durable ; nous nous sommes sentis concernés par des sujets touchant la santé, l´environnement et en particulier la Médecine Traditionnelle Africaine.


Nous avons constaté qu´au cours de nombreux ateliers organisés par les praticiens de la Médecine traditionnelle et ceux conjointement organisés par les Médecins, Tradithérapeutes, Chercheurs, Scientifiques et Religieux, des questions sur :


- la reconnaissance légale des médecines traditionnelles et de ses praticiens,

- la protection des savoirs traditionnels,

- le financement pour un secteur qui sert plus la population,

- le système de relève,

- la gestion et la protection de l´environnement

- l´intégration de la Médecine Traditionnelle aux systèmes nationaux de santé font souvent l´objet des débats.


Malheureusement, elles ne trouvent pas de réponses satisfaisantes de la part des décideurs Africains.

 

Le message est clair et précis.

 

Gardons à la vie qui est donnée et qu'il faut nourrir, conduire, traiter dans les patients, le caractère mystérieux, céleste de son origine. Pour cela, tournons-nous avec respect et résolution vers le Ciel et, par tous les moyens à notre disposition, demandons que la vie fasse son oeuvre, selon l'ordre naturel qu'elle nous révèle en nous-mêmes.

 

L'efficacité du traitement n'est que le retour du patient aux conditions normales de son être profond, dont le corps sensible qui se donne à voir n'est que la manifestation. Aidons tous ceux qui viennent à nous à se retrouver, à se ressourcer à nouveau en eux-mêmes. Alors notre intervention, qui n'est pas une interférence mais un encouragement à revivre, opérera ce que le malade souhaite : revenir à l'être qu'il était, qu'il est.

 

L'honnêteté, l'authenticité, la discrétion et en même temps une confiance déterminée en la vie que nous nous représenterons comme le souffle originel authentique reprendra - peut-être grâce à notre médiation - les chemins par lesquels elle est descendue en chacun de ceux qui nous entourent comme elle est venue pour nous faire exister nous-mêmes.

 

Plutôt que de polémiques toujours un peu stériles avec des opposants et des querelles de personnes ou de méthodes de peu d'intérêt, continuons tranquillement - dans les lustres qui vont se succéder - à marcher toujours avec résolution vers ce point aveugle de notre destinée : le retour à l'authenticité de notre être personnel, afin par-là d'atteindre plus sûrement tous les autres hommes avec lesquels se construit, se maintient et se transmet la vie de l'univers dans ses formes humaines.

 

La magie de la force de métamorphose de la vie me donne l'espoir que nos nouvelles activités feront vivre un nouveau souffle à l'esprit qui a prévalu avec nos ancêtres jusqu’à  ce jour.


Tout en vous réitérant chaleureusement mes remerciements, j’espère avoir le plaisir de compter sur vous et vous revoir dans le cadre des activités naissantes de la Fédération Africaine des Naturopathes, de la Haute école de Naturopathie Africaine  ainsi que du Centre de Thérapie Ethnique.

 

Paix, Santé, Sagesse & Prospérité.

 

Dr Alpha Grace, PhD

Pourquoi une Fédération Africaine des Naturopathes en Europe

 

En Afrique , depuis deux millénaires, les incantations, l’observation des couleurs de la langue, œil , l’écoute des voix , l’interrogatoire et questionnement sur les antécédents des récits familiaux , digestion sommeil, activité aux champs constituent les fondements du diagnostic clinique.


Grâce à ces informations non écrite, le tradi-practiciens identifie les « ouvertures » dans le corps. Ensuite il élabore un traitement destiné à « libérer » l’âme, apaiser l’esprit, restaurer l’équilibre et la protection global de l’organisme.

 

Paradoxalement, si ces principes millénaires sont efficaces, ils sont de plus en plus rares les techniques et médicaments modernes ne laisse plus place aux savoirs ancestraux. Aujourd’hui la santé et la sécurité publique en Afrique traverse une profonde crise. Les facultés de médecines, cherche à trouver des solutions de comment intégrer la médecine traditionnelle africaine, mais les démarches sont très difficile à réaliser dans les faits.


Les manuels et les cursus médicaux, 5ans de cours, puis deux à trois ans de stage hospitalier sont toujours et régulièrement affinés pour mieux équilibrer les connaissances en thérapies. Mais ces formations sont très superficielles à un savoir très complexe, car ce savoirs est transmis de maître  à l’élève sur dix voir vingt ans.

 

Les systèmes éducatifs africains sont tous calqués sur celui de l’Europe. L’ironie du sort c’est que un monde qui se dit moderne et civilisé fabrique des humains le plus souvent assis sur des chaises, les pieds posés sur une moquette , un monde moderne ou les enfants et adolescent scrutent des écrans dix à douze  heures par jour et trop rarement un ciel étoilé, ou ils ne savent plus faire la différence entre l’herbe et la paille , le canard et la pintade.

 

Un monde moderne ou une pomme abîmée est considérée comme impropre à la consommation. On s’étonne moins dès lors que dans un monde moderne  comme celui-ci on a des leçons à donner sur l’être humain qui se trouve derrière le numéro de la sécurité sociale.

 

Il ne faut pas oublier que les fondements théoriques et pratiques des médecines occidentales et africaines sont différents. A savoir, les occidentaux étudie avant tout les maladies, alors que les guérisseurs et tradi-practiciens Africains s’intéressent  au patient dans sa globalité. C’est possible que ces fondements puissent collaborer l’une et l’autre mais difficilement fusionner.

 

Le dilemme est similaire pour la recherche pharmaceutique, prise en étau entre la spécificité philosophique de la médecine locale et les méthodologiques scientifiques modernes. Il en résulte une certaine préoccupation de l’industrialisation et la commercialisation forcenée de la pharmacopée traditionnelle. Dans un continent Africain obsédée par la consommation et la recherche du  profit, les conséquences sont désastreuses.

 

En Afrique , la recherche fondamentale est altérée par les diktats des firmes pharmaceutiques occidentaux, et la qualité des produits de phytothérapie, gorgés de pesticides, d’engrais ou d’hormones, a fortement baissé, alors que leurs coûts se sont envolés soit 30 à 70% des remèdes de la médecine traditionnelle écoulés en Afrique sont des contrefaçons.


Résultat : 800 000 décès par ans direct ou indirect, plus de 2000 par jour! 55 millions de tonnes de faux médicaments saisies rien  qu’a République du Benin, ils sont 49% des prises effectuées dans les quinze grands ports du continent Africain.

 

Prenons un exemple au Benin: un médecin diplômé pour dix mille habitants contre 32 en France. En revanche 50% de la population Africaine dans beaucoup de régions ont recours à la médecine traditionnelle et des plantes pour subvenir à leurs soins et  soulager leur maux.

 

Les scandales médiatiques qui font état de substances médicinal nocives ou de contrefaçons fabriqué en Afrique ont achevé d’instaurer la méfiance face à prospect de la Naturopathie en Afrique. Les Africains préfèrent payer plus cher des remèdes naturels importés de l’Europe.

 

Conscient de la problématique, et après cinq ans de voyage dans différents pays en Afrique, nous avons décidé de créer un Fédération Africaine des Naturopathes en Europe avec le siège en France et des antennes a Brussels, Londres, Portugal et Genève en Suisse. En 2016, nous avons mis en place des protocoles et un ensemble de règlementations à proposer aux pays Africain cibles et stratégique, l’Union Africain et  CEDEAO visant à renforcer les contrôles sur les plantations médicinales.

 

Sur notre site sacré, nous cultiverons, préparerons, fabriquerions et distribuerons nos propres remèdes des soins labélisée, nous dispenserons des cours aux tradi-practiciens, formons des doctorants et conduire des études sur la phytothérapie, naturopathie et la massothérapie Africaine.

 

Nous avons aussi préparé un projet de loi étudie pour les différents pays et régions stratégiques pour mieux intégrer la médecine traditionnelle au sein du système de santé public Africaine. Nous avons compris que la médecine Africaine est une clé majeure qui permettra d’accéder au cœur du noyau de la civilisation et mysticisme Africaine.

 

Les pratiques, thérapies et pharmacopée ancestrale Africaine en voie de disparition sont des instruments vitaux aux services des ambitions planétaires. C’est pour  cette cause que la Fédération Africains des Naturopathes se bat pour une reconnaissance, et valorisation pleine de la médecine traditionnelle en Afrique donc soutenez-nous !!!


METISSAGE DES SOINS


En effet, nombre de médecins imprégnés de doxa scientifique, clament leur scepticisme et mettent en garde leurs patients.

Forts de leurs dogmes et de leur foi en une Science prétendument infaillible, d'aucuns jettent carrément, du haut de leur chaire, l'anathème sur les "charlatans" des médecines complémentaires.


Ceux-là n'ont pas encore compris le problème complexe du métissage, qui s'éclaire mieux par un regard anthropologique sur la santé et la maladie que par d'étroites convictions idéologiques. Herbes, charmes et potions vendues dans nos drogueries comme dans les botánicas du Mali ou les bazars chinois ont leur raison d'être, même si l'acheteur a programmé dans la même semaine une résonance magnétique nucléaire au plus proche hôpital. 

 

 "La naturopathie africaine doit être perçue avant tout, comme un héritage culturel et un ensemble de réponses originales de nos ancêtres face à la maladie."

Bienvenue sur le site de la Fédération Africaine de la Naturopathie - FAN


A QUOI SERT NOS RECHERCHES ?

Ces pages s’adressent aux curieux et aux intellectuels pour l’instant : la Médecine Africaine est un champ de recherche comme un autre, et la lecture est plus ancrée dans les mœurs des pays dits du Nord (occidentaux) qu’a ceux des pays Africains. 


On peut reconnaitre néanmoins qu’une certaine élite intellectuelle africaine s’intéresse, elle aussi aux valeurs de sa culture , dont la médecine traditionnelle . Cependant très peu d’entre eux en font un champ d’études privilégiés. Comment ne pas respecter le choix de chacun.


Malheureusement, on constate sans peine que la pénurie de recherches de base effectuées par les Africains dans leur terrain culturelle d’origine constitue réellement un vide dans des bibliothèques populaires et universitaires. Ce qui nous fait souhaiter que des réflexions et initiatives comme la nôtre puissent se multiplier et dans tous les domaines.


Il faut en même temps une vraie campagne de conscientisation des peuples concernés par cette vision de la santé du monde : les jeunes ; hommes et femmes ne devraient pas avoir honte de suivre leur géniteur un grand père ou maître et savant,  qui exerce la fonction de transmetteurs , tradipraticiens ou guérisseur ou autre. Car, malgré toutes ces difficultés, la Médecine Traditionnelle continue à faire ses preuves.


Que peut-on faire de plus ?

Sur le plan théorique et intellectuel, on a plus que jamais besoin des chercheurs africains qu’ils viennent pour savoir et faire connaître en suite. La recherche, pour ces pays qui ont subi des ruptures dans leur évolution culturelle, est en même temps une quête de connaissance et de reconnaissance.


Les intellectuels originaires du lieu estime l’auteur sont plus à même d’agir dans l’intérêt et en respect de la société. L’une des meilleures façons de stocker les connaissances à transmettre reste encore l’écriture qui en soi est déjà un art, une connaissance qui s’acquiert.


Ce qui fait d’un document rédigé une sélection des mots, un style dans la construction des phrases, en même temps, des traces de l’état d’esprit de l’auteur. L’ensemble doit refléter l’être mental, l’être psychique (si l’on peut s’exprimer de cette manière). Bref les influences de la culture, les sentiments et les impressions d’un auteur, apportent eux aussi des informations.


Un étranger quels que soient ses bonnes intentions, son quotient intellectuel ou sa grande facilité d’adaptation, n’a pas les données culturelles dans le sang comme les autochtones du pays concerné.

Les chercheurs dits indigènes doivent multiplier et exporter les résultats de leurs travaux pour répondre entre autres a certains besoins des expatriés.


Ceci est d’autant plus urgents que les besoins sous leur forme clinique se multiplient avec le métissage continuel des populations.

Les besoins en ethnopsychiatrie en sont un grand exemple, dans la mesure ou les thérapeutes de cette obédience tiennent absolument compte de la culture d’origine du patient.


Ils font des éléments culturels leur «outil » de travail. Alors, ces écrits devraient même être considères comme un devoir civique. Ainsi, pour limiter es difficultés des parents qui veulent léguer ces savoirs à leur progéniture. Les Etats démocratique et respectant les droits devrait élever des telles recherches au rang de patrimoine en faveur de tous.


Experts en matière de la Naturopathie Africaine

La santé et le bien-etre, la médecine holistique, nous nous engageons pour une promotion globale de la naturopathie Africaine, la promulgation des projets de loi pour la reconnaissance de la médecine tradtionnelle africaines en Afrique et partout dans le monde ainsi que l'évaluation interdisciplinaire des tradi-practiciens Africains.   

 

Nos membres sont actifs principalement dans les domaines suivants :

• Recherche, classification et évaluation des methodes, techniques et protocole de soins

• Estimation et gestion des risques de santé

• Mesure de protection contre le dumping pharmaceutique des pays occidentaux et lutte contre les charlatanismes:

• Edition des publications de formation, la biologie naturopathique, l’aménagement des  zones pour la cultivation des plantes physiothérapeutiques d’espéces rares , la disposition organisationnel des écoles de la naturopathie en Afrique.

 

Nos objectifs

• Nous encourageons les échanges d'expérience entre la pratique, la recherche et l'administration dans le domaine de la  naturopathie, la médecine traditionnelle africaines, la santé, le bien-être,et les soins holistiques.

• Nous diffusons les résultats de recherche.

• Nous veillons sur nos intérêts professionnels et celles de nos membres.

• Nous recherchons la collaboration avec des spécialistes actifs dans des domaines apparentés.

 

Nos activités

• Nous organisons des formations continues et des rencontres d'échanges professionnels.

• Nous sommes invités à participer à des consultations et transmettons des prises de position.

• Nous recommandons des spécialistes compétents pour effectuer des expertises.

• Nous participons à des projets de recherches et d'études fondamentales.

• Nous établissons et diffusons des publications.

Adhérez à la Fédération, ensemble nous aurons plus d'influence!

A VOTRE SERVICE

- Soyez soutenu!

- Restez informé!

- Protégez-vous!

- Profitez d'avantages exclusifs!


LES TEMOIGNAGES

“ Votre site internet regorge d'informations et de conseils très utiles. Je n'hésitez pas à surfer tous les jours”

CONTACT RAPIDE

La Médecine Naturopathique Africaine

 

Depuis son conférence internationale en 1978, l'Organisation Mondiale de la Santé-OMS, a toujours eu une vision cohérente en matière de Médecine Traditionnelle. Mais,  faut-il le rappeler, en juillet 2001 lors du Sommet de Lusaka, les Chefs d’États Africains ont pris une position historique, faisant de la décennie 2001-2010 celle de la réhabilitation de la Médecine Traditionnelle.

 

Cette importante déclaration:

· Reconnaît le rôle important que la Médecine Traditionnelle ne cesse de jouer dans les sociétés africaines,

· Reconnaît que les États membres et leurs gouvernements doivent nécessairement mettre sur pied une base de la connaissance des ressources traditionnelles, afin de permettre d'atteindre l'objectif " la santé pour tous", en mobilisant et en utilisant ces ressources de manière plus éfficace,

· Approuvent la déclaration de Nairobi, qui reconnaît formellement la Médecine Traditionnelle comme étant accessible financièrement,

· Demandent au Secrétaire général en collaboration avec l'OMS, d'assister les Chefs d’États de l'Union Africaine pour la mise en œuvre d'un plan d'action.

 

L'OMS, à travers son bureau chargé de la Médecine Traditionnelle, a publié un plan d'action stratégique remarquable pour la période 2001-2005, en mettant en exergue les questions de politique, de sécurité, d'efficacité et de qualité. L'accès et l'utilisation rationnelle des Médecines Traditionnelles et alternatives a été fortement recommandés.

 

Au regard de tous ces engagements ratifiés par les états, force est de reconnaître que l'application effective tarde à se faire depuis 16 ans. Plusieurs pays africains n'ont pas encore mis en place un cadre légal pour cette Médecine Traditionnelle qui draine 90% des populations, ainsi que leurs besoins pour la santé.

 

Dans plusieurs états africains le budget alloué à cette médecine varie entre 0 et 5%; l'Afrique continue de ruiner son économie en important une médecine onéreuse, des pratiques douteuses et des médicaments qui sont pour la plupart des placebos inutiles, toxiques.


Plus de 400 médicaments interdits au Nord sont en vente officiellement dans nos pharmacies. Plusieurs fois dans l'année l’OMD (Organisation Mondiale des Douanes) fait des saisies énormes dans les ports et aéroports d'Afrique. C'est préoccupant!

 

Si "la santé est la base de tout développement", nous ne comprenons pas pourquoi notre santé dans beaucoup de pays Africains soit encore exclusivement dans des mains exogènes?!...Dans ce monde en pleine mutation, les médicaments et autres produits pharmaceutiques issus des grands laboratoires des pays occidentaux ont montrés leurs limites dans la gestion et la prise en charge des maladies psychiques, psychosomatiques, les maladies virales, dégénératives, essentielles etc.

 

Des commités scientifiques du Nord sont dans nos villages entrain de piller nos ressources traditionnelles, pendant ce temps, nos gouvernements tendent les mains au Nord pour venir régler nos problèmes de santé. Il ne sera pas surprenant que demain le occidentaux vienne apprendre aux africains, la médecine de leurs grand parents.

 

Pourquoi depuis plus de 5 décennies d'indépendance, nous tournons en rond?

-Est-ce un manque de volonté politique?

-Est-ce un manque d'appui financier et économique?

-Est-ce l'absence d'un cadre administratif et légal favorable?

-Est-ce parce que les stratégies, les méthodologies, les hypothèses de recherches sont inadaptées ou mal conçues?

-Est-ce parce que le pouvoir des pays Africains est exogène à l'Afrique?

-Est-ce lié au diktat des grands laboratoires pharmaceutique, qui veulent préserver leurs intérêts?

-Est-ce parce que l'Africain intellectuel est taré, borné, aliéné, dénaturé... et tourne le dos à ses propres racines?

-Est-ce parce que l'Afrique croit réellement qu'elle n'est capable de rien, et que les solutions de ses problèmes doivent venir des pays occidentaux?

 

A chacun de chercher

Dans ce contexte préoccupant, l'OMS-AFRO nous invite à célébrer la 14ème  Journée Africaine de la Médecine Traditionnelle sous le thème: "Réglementation des Produits Issus de la Médecine Traditionnelle dans la Région Africaine" . En d'autres termes, l'OMS nous invite à réglementer l'OR VERT, qui fera courir le monde de demain, et permettre un développement harmonieux du continent Africain. Le thème est cohérent et impérieux dans le contexte mondial actuel. Le regain d'intérêt pour les produits issus de la Médecine Traditionnelle est de croissance exponentielle partout dans le monde sauf en Afrique.

 

C'est la raison pour laquelle la Fédération Africaine des Naturopathes à travers ces antennes dans le monde entier salue et félicitent l'OMS-AFRO pour la pertinence du thème de cette 14ème. Fédération Africaine des Naturopathes  faire un appel retentissante a chacun et tous, membres de notre réseau à:

 

- Se rapprocher davantage de nos leaders de base que nous avons l'honneur de servir, les guérisseurs détenteurs de ce patrimoine sanitaire, pour les sensibiliser à transmettre leurs connaissances et savoirs à leurs élèves et initiés,

 

- Organiser des journées, séminaires, ateliers, des foires aux produits issus de la Médecine Traditionnelle, des manifestations sous forme de plaidoyers auprès de vos gouvernements respectifs, pour les sensibiliser, les conscientiser sur la nécessiter de considérer comme tache pressante les réglementations des produits issus de la Médecine Traditionnelle, si nous voulons un avenir pour notre continent.

 

La Fédération Africaine des Naturopathes invite tous ces membres à impliquer les médias et les réseaux sociaux dans les activités de célébration de cette importante journée.

 

La Fédération Africaine des Naturopathes souhaite que cette journée, soit une occasion de montrer que la santé et le bien-être des populations ont toujours été une préoccupation des guérisseurs et des tradi-practiciens africains.

 

Le développement est un processus endogène. Sans la réhabilitation de la Médecine Traditionnelle africaine, sans la réglementation des produits issus de la Médecine Africaine, sans la protection des produits de la Médecine  Africaine, aucun développement n'est possible en Afrique.

 

J'interpelle la conscience des uns et des autres pour saisir cette opportunité, afin de poser les bases d'un système sanitaire Africaine qui cherchera toujours et partout à trouver des solutions locales à nos problèmes locaux et se respectent au niveau international.

 

Dr Alpha Grace, PhD

Ce site web utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation de cookies.

Accepter