Centre de Trauma

Fédération Africaine des Naturopathes

L'union fait la force et ensemble nous serons plus forts et plus influents!

FEDERATION

LEGISLATION

PROJET

PARTENARIAT

Centre de Trauma Transculturelle

Le chemin de la guérison psycho-bio-spirituel

 

Avec le flux migratoire que les pays Européens vivent depuis plusieurs années maintenant, les crises économiques, sociales et l’insécurité, de la politique oscillant entre les refus et l’acceptation des migrants, notre monde est entré dans une nouvelle ère.

 

De nombreux migrants ont subi des traumatismes dans le pays qu'ils ont fui. Cela ne facilite pas leur intégration dans les pays d’accueil. Tortures, viols, mutilations, massacres, abus et des violences traumatisantes. Autant d'horreurs vécues par des migrants installés dans la région de l’Héraut.

 

Comment ces personnes originaires du Centre Afrique, Rwanda, de Bosnie, de Somalie, d'Irak, Syrie, Afghanistan, ou d'Angola sont-elles soignées? En quoi leur difficile parcours et leur déracinement influencent-ils leur intégration? Dans notre région, les requérants d'asile sont traités par des médecins généralistes à proximités de leur domicile.

 

Rares sont les généralistes formés pour prendre en charge des personnes souffrant d'un état de stress post traumatique (PTSD). Ce trouble peut se manifester rapidement ou longtemps après une situation durant laquelle l'intégrité physique, spirituel et psychologique du patient et de son entourage a été atteinte. Les victimes peuvent avoir des tendances suicidaires, dépressives, faire des cauchemars ou être violentes.

 

Depuis 15 ans je côtoie des requérants d'asile souffrant de PTSD et faire l’expérience dans plusieurs pays Européen, comme la Belgique, L’Allemagne, L’Italie, L’Espagne et la Suisse ou je développé plusieurs outils pratique, j’ai constaté que certains sont soignés, d'autres trouvent des ressources pour s'en sortir ou refusent la thérapie.

 

Ces requérants d'asile sont orientés tant vers les institutions psychosociaux que vers des thérapeutes privés. Les migrants représentent la moitié des patients et 50% d'entre eux sont traités pour des traumatismes.

 

Il est difficile de comprendre la pathologie des migrants. Ils ont une autre culture, une conception de la maladie différente. Il faut entrer dans leur univers psychoculturel. Nous avons soignés et accompagnés des victimes de tortures, de viols ou des enfants soldats de Sierra-Leone, d’Angola, Somalie et du Liberia.

 

Des migrantes victimes de traumatismes, des patients ayant vécu la guerre et ses horreurs, des personnes traumatisées, mais aussi déracinées. Lorsque toute la famille a été tuée, de migrant seul, un sans domicile fixe psychique. Ils revoient les personnes qu'ils ont tuées. Ils ont un sentiment de culpabilité et se sentent poursuivis par les âmes de leurs victimes.

 

En tant que des spécialistes, il est difficile pour les personnes traumatisées de s'intégrer. Il y a un conflit de générations avec les enfants qui s'intègrent plus facilement que leurs parents. Ça peut engendrer de la violence chez ces derniers. Il est plus facile de se réfugier dans l'alcool, les drogues que d'aller voir un psychothérapeute ou solliciter une aide spirituelle, qui pourtant quelques choses de normal dans les pays d’origines des migrants Africains particulièrement.

 

Les paramètres socioculturels et statutaires sont à prendre en compte: Ces personnes sont coupées de leur pays, de leurs traditions, de leurs us et coutumes, ça complique la prise en charge. L'incertitude du statut est une épée de Damoclès! Les enfants s'intègrent et ensuite s'ils doivent partir, il y aura une fois de plus une seconde désinsertion. Il serait thérapeutiquement utile d'avoir des décisions administratives rapides, admission ou pas.

 

Dans certains cas, ça devient une phobie de devoir rentrer au pays: Ils sont enchaînés dans ce trauma du passé et ne peuvent pas redémarrer une vie après le traumatisme, se projeter dans un futur. Ils sont sans pays, sans identité propre sauf celle de victime ayant de place nulle part.

Le plus court chemin vers l'intégration pour ces migrants victimes de traumatismes semble être celui de la résilience, c'est-à-dire la capacité de «vivre avec». Voici l’idée qui a inspiré notre projet de la Conference et Atelier de Trauma Transculturelle

 

Centre de Trauma Transculturelle

 

But :

- Travailler auprès des populations victimes des traumatismes psychologiques dus à la guerre, aux conflits ethniques, tribaux ou religieux, à l'exil, aux tortures, aux violences physiques et sexuelles, aux catastrophes naturelles, ou suite aux pandémies;

- Apporter l'aide psychologique et spirituel pour soulager ces populations en détresse en collaboration avec d'autres professionnels et organismes compétents;

- Contribuer à la mise sur pied d'un système de santé holistiques qui tienne compte des besoins psychiques des populations en détresse et mettre en place des comités de médiation juridique et de gestion des conflits entre personnes physiques et morales.

 

Ressources: Cotisations; dons; legs; ressources liées aux activités culturelles, sportives et autres prestations de l'association; subventions

 

Notre motivation première est d'aider les personnes appartenant à une culture minoritaire et qui ont vécu un traumatisme grave (par exemple : un traumatisme de guerre, de la violence domestique, des agressions sexuelles ou physiques, de l'intimidation à l'école, mariages forcé, du harcèlement au travail, etc.).

 

Le Centre de Trauma Transculturelle évalue et prend en charge des patients présentant des syndromes psychiatriques et spirituels dont les tableaux cliniques sont propres à leur culture d'appartenance. Certains aspects phénoménologiques et cliniques de ces troubles de santé mentale transculturelle peuvent être déroutants.

 

Ces troubles nécessitent des évaluations dans une clinique spécialisée comme la nôtre pour venir en aide aux patients, aux familles et même aux professionnels afin d'éviter l'errance thérapeutique et par le fait même, des pertes sur le plan économique et des complications sur le plan psychiatrique et sociale.

 

La particularité du Centre de Trauma Transculturelle est de favoriser le dialogue entre les cultures. Les professionnels de la santé qui accompagnent les patients, adoptent des approches ouvertes et pragmatiques dépouillées de tout dogmatisme. Nous ciblons des approches thérapeutiques ouvertes et adaptées à la différence pour s'assurer de la conformité du traitement de nos patients ethnoculturels.

 

Depuis la mise sur pied de cette idée, notre équipe a reçu plusieurs demandes, provenant essentiellement des jeunes et adultes de communauté française issue de la migration et des autochtones.

Les patients potentiels seront recommandés par leur médecin de famille ou encore par un psychiatre. Une fois admis au sein de notre Centre, le patient se joint à un groupe pour entreprendre sa thérapie. Les groupes sont formés de cinq à douze patients auxquels s'ajoutent des membres de l'équipe de notre Centre.

 

Le patient peut, dans une phase plus avancée de sa thérapie, contribuer à la mission de la clinique en devenant un pair aidant naturel. En plus de son mandat clinique et spirituel, le Centre de Trauma Transculturelle a aussi un mandat universitaire. Ce mandat inclut la formation, l'éducation, l'enseignement ainsi que la recherche spirituelle, clinique et scientifique.

 

Le Centre de Trauma Transculturelle offrira des opportunités de recherche très intéressantes. On peut penser aux aspects cliniques et épidémiologiques de certains troubles psychiatriques dans les populations ethnoculturelles ou à la comparaison de l'efficacité des différentes approches thérapeutiques à la clinique.

 

D'autres études seront encouragées dans cette Centre pour le développement et la validation des échelles psychométriques adaptées à la population Montpelliéraine. Apres un période de 15 mois du lancement, le Centre doit évaluer son offre de service parce que nous croyons que les demandes ne cesseront pas de croître.

 

Le service et prestations que nous offrirons sont très spécialisés et notre motivation est de venir en aide à ceux qui en ont besoin.

 

Dr Alpha Grace & Dr Rosa Melliti.

Adhérez à notre Fédération, ensemble nous aurons plus d'influence!

Centre de Trauma Transculturelle

www.naturoafricaine.com

FAN

63 avenue Maréchal de Lattre de Tassigny - 71360 Epinac

0033 675 80 29 57

Tous droits réservés © 2016 FAN

FAN est déclaré à la préfecture sur l’identification R.N.A. : W343020233, et à l’Insee numéro de SIREN 823 927 900.